En pleine crise de confiance, l’ONÉ doit se réformer en profondeur

Communiqué de presse
21 février, 2017

TransCanada

Peut-on faire confiance au gouvernement pour faire les changements requis?

OTTAWA — Alors que le comité pour la modernisation de l’Office national de l’énergie (ONÉ) s’arrête à Gatineau demain, le gouvernement fédéral doit immédiatement geler les projets de pipeline jusqu’à la mise en place d’un mécanisme de contrôle impartial. C’est le principal message d’une longue liste de préoccupations qu’Écologie Ottawa et le Conseil des Canadiens présenteront devant le Comité d’experts chargé de moderniser l’ONÉ.

« Des problèmes de méfiance, de conflits d’intérêts et de laisser-faire dans le dossier des changements climatiques persistent depuis plus de 10 ans au sein de l’ONÉ, on en veut pour preuve le récent feu vert accordé aux projets de pipelines de Trans Mountain, Line 3 et Keystone XL », déplore Graham Saul, directeur général d’Écologie Ottawa. « Il est absolument insensé que l’ONÉ aille de l’avant avec un examen du projet de pipeline Énergie Est, alors que le gouvernement revoit la façon dont il pourra remettre sur les rails cet office, qui a sérieusement besoin d’être réparé. »

En réaction aux critiques répétées contre l’ONÉ, le gouvernement fédéral a entrepris des consultations dans plusieurs villes et lancé un processus de révision qu’il qualifie de « processus de modernisation de l’ONÉ ». Cependant, trois des cinq membres du Comité d’experts mandaté pour le faire — Brenda Kenny, Gary Merasty et Hélène Lauzon — entretiennent des liens étroits avec l’industrie ou des groupes de pression pour les intérêts de l’industrie.

« On ne peut pas faire confiance au processus de révision s’il est déjà entaché par des membres qui représentent les conflits d’intérêts que nous voulons éliminer », a dit Daniel Cayley‑Daoust, responsable de campagne pour l’énergie et le climat au Conseil des Canadiens. « Pour que le public ait confiance dans la suite du processus, nous devons rebâtir un organe de réglementation complètement indépendant des intérêts de l’industrie, qui n’a pas son siège social à Calgary et où le personnel de l’ONÉ n’a pas le droit de quitter l’Office pour aller vendre ses services aux lobbyistes de l’industrie. »

Le Conseil des Canadiens et Écologie Ottawa profiteront de la séance publique sur la modernisation de l’ONÉ à Ottawa pour souligner les nombreuses préoccupations à l’égard de la protection des sols et des eaux, du respect des droits autochtones et de la lutte contre les changements climatiques.

-30-

Renseignements et entrevues :

Dylan Penner, agent des relations avec les médias, Conseil des Canadiens, 613 795-8685, dpenner@canadians.org. Twitter : @CouncilOfCDNs

Graham Saul, Ecology Ottawa, graham.saul@ecologyottawa.ca, 613-710-2819