Rapport annuel

Rapport annuel 2014

Passer à l’action

Nous organisons, à travers notre réseau de 60 chapitres au Canada, des campagnes percutantes pour protéger nos eaux, renforcer notre système de santé publique et exiger la mise en oeuvre de politiques plus justes dans le domaine du commerce et du climat.

Nombreux sont ceux qui travaillent à promouvoir ces efforts, y compris notre infatigable présidente, Maude Barlow, notre comité national de directeurs, notre personnel à Ottawa et dans nos bureaux régionaux à travers le Canada, les activistes de nos chapitres qui mettent en oeuvre nos campagnes et traitent les enjeux dont nous nous occupons, sans oublier nos membres dévoués, sans lesquels rien ne serait possible.

Unfair Elections Act rally Karen and Reem

Lutte pour des élections justes

Au début de l’année 2014, le gouvernement Harper a annoncé des modifications aux modalités d’élection dans sa Loi électorale « soi-disant » juste. À cause des nouveaux règlements, il serait plus difficile pour les étudiants, les personnes âgées et les peuples autochtones de voter. Ils empêcheraient le Directeur général des élections de communiquer des renseignements importants aux électeurs, tels que des enquêtes en matière de fraude électorale, comme celle à laquelle on a assisté lors de l’élection fédérale de 2011.

De plus, ces règlements mettraient fin aux campagnes de sensibilisation publique visant à encourager les gens, plus spécifiquement les jeunes, à voter.

Avec la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, nous avons aidé à organiser des rallyes à travers le pays. Nous avons remis plus de 80 000 pétitions à la Colline du Parlement, demandant que la Loi électorale « injuste » soit abolie. Bien que le gouvernement conservateur ait retiré certaines des parties les plus monstrueuses des modifications des modalités proposées, il n’a pas été assez loin. Une fois de plus, nous nous sommes joints à la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants afin de lancer un défi constitutionnel aux parties de la loi qui empiètent sur la démocratie.

Votre soutien généreux a assuré que la lutte pour protéger le droit de voter librement lors des élections pour tous soit entendue.

Soutenir la lutte des Autochtones

Le Conseil des Canadiens travaille en étroite collaboration avec les peuples autochtones dans le cadre de nos campagnes. En juin 2014, nous avons célébré une décision de la Cour suprême du Canada qui accordait aux Premières Nations Tsilhqot’in le titre de terres situées en Colombie-Britannique. Le Conseil des Canadiens et notre chapitre de Williams Lake étaient intervenants dans l’affaire pour montrer leur appui envers la revendication des Tsilhqot’in.

Notre soumission a plaidé en faveur d’une reconnaissance des titres plus générale et généreuse, au lieu de viser seulement des terres isolées. C’était la première fois que la Cour suprême du Canada se prononçait sur une revendication particulière au titre, et les experts disent qu’il pourrait s’agir du cas le plus important de l’histoire du développement des droits autochtones au Canada.

Protection de l’eau

Maude Barlow, Detroit

Le Conseil des Canadiens a toujours été prêt à s’impliquer en cas de lutte en matière de l’eau. En 2014, nous avons attiré l’attention sur la manière dont le déplacement des sources d’énergie extrême sur les Grands Lacs et sur le fleuve Saint-Laurent, notamment les expéditions de sables bitumineux, les pipelines et le gaz fracturé, compromettent ces importantes voies navigables dont des millions de personnes dépendent pour obtenir de l’eau potable.

Nous avons continué à faire en sorte qu’un plus grand nombre de communautés deviennent « bleues », grâce à notre projet de Communautés bleues. Ce projet permet de donner aux individus les outils dont ils ont besoin pour encourager leur gouvernement local à reconnaître que l’eau fait partie des droits de la personne, promouvoir le financement public de l’eau et des installations de traitement des eaux usées et pour abolir la vente et l’achat d’eau en bouteilles dans les lieux publics. En 2014, nous avons célébré l’ajout de nouvelles communautés bleues : Tay Township, Ontario; Cambuquira, Brésil; et Zurich, Suisse.

Le projet Planète bleue du Conseil travaille de manière globale pour la justice dans la gestion des eaux avec nos alliés dans le reste du monde pour informer, motiver et inspirer les individus et les gouvernements pour mettre en application la déclaration des Nations Unies qui considère l’eau comme un droit de la personne. En 2014, nous avons travaillé avec nos organisations locales afin d’attirer l’attention du monde entier sur Detroit, Michigan, où des milliers de personnes sont incapables de payer leurs factures de consommation d’eau élevées et font face à des coupures d’eau. En juillet, Maude Barlow, conjointement avec les membres de notre chapitre de Windsor, a remis 1 000 litres d’eau du réseau public à Detroit comme un symbole de solidarité.

Nous avons également mis en lueur les antécédents honteux du gouvernement canadien à cet égard, plus particulièrement dans le domaine de l’exploitation minière et celui de la marchandisation de l’eau à l’étranger. Nous avons milité ici même au Canada où de nombreuses communautés, y compris des Premières Nations, n’ont pas accès à de l’eau potable pour survivre.

Énergie Est : « Notre risque, leur récompense. »Andrea Harden-Donahue, Energy East

Nos campagnes qui visent à arrêter le projet d’envergure de pipeline Énergie Est de TransCanada, qui expédierait 1,1 million de barils de pétrole par jour s’il est construit, ont pris de l’ampleur en 2014. Nous avons visité beaucoup de collectivités situées au long du trajet du pipeline afin de rencontrer les groupes locaux et de les sensibiliser à dire « non » au pipeline. Nous construisons efficacement un mur de résistance de la base au plan de pipeline qui présente d’innombrables défaillances et nous faisons la promotion de ce que les Canadiens veulent vraiment : le développement de sources d’énergie non polluante plutôt que l’expansion des sables bitumineux.

En 2014, nous avons publié deux rapports percutants au sujet du pipeline : Le rapport Rencontre du pétrole et de l’eau traite des risques que le pipeline représente pour plus de 90 lignes de partage des eaux et 960 voies navigables situées sur son trajet entre l’Alberta et le Nouveau- Brunswick. Nous avons consulté la fiche de sécurité du pipeline de TransCanada qu’on retrouve dans le rapport Énergie Est : Des déversements? Une question de temps... Elle a révélé les dégâts dévastateurs qu’une fuite de bitume toxique pourrait causer.

Il semble que notre campagne aurait atteint son objectif : en novembre, Greenpeace a publié un document ayant fait l’objet d’une fuite qui montre que TransCanada a embauché Edelman, une entreprise de relations publiques américaine connue pour ses tactiques sournoises, afin de discréditer le Conseil des Canadiens et d’autres groupes dont la mission est d’arrêter ce projet d’envergure.

Nous avons lancé une « Intervention du peuple », conjointement avec 350. org et Leadnow, afin de convaincre le Conseil national de l’énergie, l’organisme d’agrément du projet, de prendre en considération les répercussions climatiques lors de l’évaluation du projet du pipeline.

Étant de plus en plus préoccupés par la triste réalité des changements climatiques et la diminution des ressources énergétiques à l’échelle mondiale, nous soutenons les collectivités dans leur lutte contre les projets énergétiques qui détruiront leurs terres, leur eau et leur air. Nous continuons à pousser le gouvernement canadien à établir des politiques vigoureuses qui protégeraient notre environnement et à se concentrer sur les solutions énergétiques renouvelables et durables.

La fracturation, pas question !

La lutte contre la fracturation s’est intensifiée en 2014, alors que nous avons demandé au gouvernement fédéral de mettre fin au processus d’extraction qui requiert des quantités immenses d’eau, de produits chimiques et de sable pour atteindre des réserves de gaz souterraines. Dans tout le pays, les membres du public continuent à être informés des impacts désastreux de la fracturation, qui incluent la contamination de l’eau, des problèmes de santé, la pollution et bien d’autres problèmes.

Dans le but d’aider les membres des collectivités du Canada à remporter la lutte contre la fracturation, nous avons lancé « La boîte à outils des fractivistes » qui se trouve en ligne. La boîte à outils comprend de l’information sur le phénomène de la fracturation au Canada, des études de cas sur ce que les gens ont fait pour mettre fin à la fracturation au sein de leurs collectivités, et des moyens pour passer à l’action.

En 2014, nous avons célébré le moratoire sur la fracturation du Nouveau-Brunswick, et nous continuons à faire pression afin de mettre fin à ce phénomène partout au Canada.

Democracy, CETA rally

Promouvoir le commerce équitable

Le Conseil des Canadiens dénonce depuis 30 ans les accords de commerce qui nuisent aux personnes et aux politiques environnementales et sociales.

En 2014, nous avons poursuivi notre combat contre l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (AECG) ici au Canada ainsi qu’à l’étranger. Nous avons demandé au gouvernement fédéral de rendre publics les détails de l’accord. Nous avons soumis une demande d’accès à l’information pour le texte d’un accord afin que les Canadiens puissent voir exactement ce que l’accord promettait. Comme on pouvait s’y attendre, le gouvernement Harper a rejeté la demande.

Nous avons mis de l’avant des préoccupations concernant l’accord lors d’une réunion du comité parlementaire sur le commerce, et nous avons célébré lorsqu’une émission télévisée allemande a publié le texte en entier.

Comme on l’avait prévu, l’accord comprenait des droits controversés sur le règlement de différends entre investisseurs et États qui permettront aux entreprises de poursuivre les gouvernements pour des lois et politiques qui entravent leurs bénéfices. L’Allemagne a déclaré qu’elle ne s’inscrirait pas si l’accord comprend ces dispositions entre investisseurs et États.

TPP banner

Les chapitres du Conseil se sont également mobilisés contre la confidentialité du Partenariat transpacifique, une zone de libre-échange comptant 12 pays y compris le Canada, représentant 40 pour cent de l’économie mondiale. Les membres et les partisans du chapitre ont participé à une journée continentale de mesures à l’encontre du Partenariat transpacifique.

En juillet, nous avons étalé au grand jour l’emplacement secret des réunions du Partenariat transpacifique à l’aide d’une énorme bannière en forme de flèche.

Council of Canadians and CUPE health care rally

Renforcer le système de santé publique

Le gouvernement Harper a été clair sur le fait qu’il n’appuie pas l’accord d’un nouveau système de santé. Le gouvernement a laissé le dernier accord expirer en mars. Nous travaillons à obtenir la mise en place d’un nouvel accord qui inclut un programme d’assurance médicaments et un meilleur programme de soins de santé de longue durée, de soins à domicile et de services de santé mentale pour permettre à tous d’avoir accès aux services dont ils ont besoin. Mais surtout, nous sonnons l’alarme quant au démantèlement complet de notre système de santé publique mené par le gouvernement Harper.

En 2014, nous nous sommes joints au SCFP pour la tournée « Sauvons notre système de santé publique » lors de laquelle nous avons visité 16 hôtels de ville dans 8 provinces différentes. Nous avons organisé plusieurs ateliers dans chaque emplacement et nous avons parlé aux gens de la manière dont nous pouvons tous travailler au sein de notre collectivité afin de lutter pour sauver notre programme d’assurance-maladie. Le Conseil des Canadiens et les membres du SCFP ont frappé à presque 50 000 portes dans le pays, et ont discuté de l’assurance-maladie avec des Canadiens moyens.

Partout où nous allions, les Canadiens exprimaient leur désir de maintenir notre système de santé publique.

Causes communes et démantèlement du programme Harper

Le premier ministre, Stephen Harper, et le gouvernement conservateur menacent, démantèlent et mettent systématiquement en danger les programmes et valeurs-clés de notre pays. Ses attaques contre les services publics, les ouvriers, les syndicats, les immigrants, les mesures de protection de l’environnement et la santé publique sont en train de changer le Canada tel que nous le connaissons de manière fondamentale. Des budgets omnibus massifs nuisent à d’importantes législations concernant l’environnement et à des programmes essentiels. Notre système de santé publique se fait complètement démanteler. Les groupes sans but lucratif qui s’expriment sont ciblés par des réductions budgétaires ou par des vérifications financières mises en oeuvre par le gouvernement.

Sous la bannière des « causes communes », nous avons continué d’établir un vaste soutien parmi les organisations de la société civile dans le but de travailler tous ensemble pour trouver des moyens de collaborer, ainsi que de défier le programme de Harper et de s’y opposer. Ce thème a abouti à notre assemblée générale annuelle qui avait lieu à Hamilton, Ontario en octobre. L’assemblée nous a permis de renforcer la solidarité entre les travailleurs, les peuples autochtones et les activistes communautaires.

Merci à tous nos donateurs

Nous pouvons continuer à oeuvrer grâce à la générosité de tous ceux qui ont un objectif commun et qui estiment que nous devons tous nous battre pour promouvoir la justice économique, sociale et environnementale.

Avec votre aide, nous avons réellement changé les choses en 2014. Nous avons obtenu des centaines de contacts médias, avons organisé des événements d’importance significative dans des communautés dans l’ensemble du Canada et dans le reste du monde, avons organisé des conférences et des tournées, produit des fiches d’information et des rapports qui ne négligent aucun détail pour éduquer le public, avons inclus sur notre site web www.canadians.org les nouvelles les plus récentes au quotidien, ainsi que des articles éducatifs dans le magazine Canadian Perspectives.

Toutes ces remarquables réalisations ont été possibles grâce à vos contributions financières. Nous avons obtenu plus de 4,1 millions de dollars, grâce aux dons au cours de cette année fiscale, ce qui représente 93 pour cent de notre revenu total. Veuillez consulter le relevé de nos revenus et de nos dépenses qui explique d’où viennent nos revenus et comment nous les dépensons.

Vos dons sont essentiels !

Nous remercions tous nos donateurs du fond du coeur pour leur précieux soutien !

Télécharger : rapport annuel entire annual report