Consultation publique sur le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada

Au cours des prochains mois, le projet d’Oléoduc Énergie Est de TransCanada fera l’objet de trois niveaux de consultation publique.

Du 15 septembre au 1er octobre 2015, la commission de l’environnement de la Communauté métropolitaine de Montréal entendra toutes les personnes, tous les groupes et toutes les associations, ainsi que tous les représentants des municipalités qui désireront se prononcer sur ce projet.

À la suite de cette consultation, un rapport sera produit et servira à établir la position que la Communauté déposera dans le cadre des deux autres niveaux de consultation, soit celui du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et de l’Office national de l’énergie (ONÉ).

Voici notre soumission à la Communauté métropolitaine de Montréal.

Consultation publique sur le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada

Résumé du mémoire 

Veuillez trouver ci-joint notre mémoire qui consiste de deux rapports publié dans la dernière année:

Energie Est :Quand le pétrole et l’eau se rencontrent

Quantification du risque : calcul de la probabilité d’une rupture d’un pipeline d’Énergie Est

 L’Oléoduc Énergie Est passera par plusieurs communautés canadiennes ainsi que dans des écosystèmes et près de cours d’eau très vulnérables. Comme l’ont malheureusement prouvé les fuites des oléoducs de pétrole de sables bitumeux de Mayflower en Arkansas, et dans la rivière Kalamazoo, au Michigan, un déversement aurait des impacts dévastateurs sur nos terres et nos cours d’eau, mais aussi sur la santé des populations. La création de cet oléoduc encouragerait également l’expansion des exploitations de sables bitumeux, l’industrie qui est à l’origine des émissions de gaz à effet de serre qui augmentent le plus rapidement et ce pétrole brut serait alors vendu aux plus offrants, ce qui inclut les grands marchés internationaux.

Les probabilités de rupture du pipeline Énergie Est de TransCanada sont de 15 pour cent. Ce taux de probabilité a été établi sur la base du bilan de sécurité de TransCanada pour les six dernières années, une période durant laquelle TransCanada a enregistré huit ruptures de pipeline.

Près de 30 millions de litres de pétrole brut pourraient être déversés à la suite d'une rupture et qu'une fuite pouvant aller jusqu'à 2,6 millions de litres par jour pourrait ne pas être détectée par le système de surveillance de TransCanada.

Autoriser ce projet ferait augmenter nos émissions de gaz à effet de serre de 32 millions de tonnes par année – soit l'équivalent d'ajouter 7 millions de voitures sur nos routes.

Énergie Est ne comporte que des risques et aucun avantage pour nos communautés.  Nous devons cesser de bâtir des infrastructures pour l'énergie polluante si voulons protéger notre eau et notre climat.

À propos de notre organisation:

Fondé en 1985, le Conseil des Canadiens est le plus grand organisme citoyen du Canada, comptant des membres et des chapitres à travers le pays. Nous travaillons à protéger l’indépendance du Canada en faisant la promotion de politiques progressistes sur le commerce équitable, l’eau potable, la sécurité énergétique, les soins de la santé publics et autres enjeux sociaux et économiques qui préoccupent les Canadiens.

Nous mettons au point des campagnes originales afin de sensibiliser la population à certains des enjeux les plus importants. Nous travaillons avec un réseau de plus de 70 chapitres bénévoles afin d’organiser des tournées de conférenciers, des journées d’action, des conférences et des manifestations. Nous produisons aussi des rapports de recherche et du matériel populaire et nous collaborons avec des personnes et des organismes à travers le pays et de par le monde. Nous faisons en sorte que les gouvernements sachent quel genre de Canada nous voulons.

Le Conseil n’accepte pas les dons d’entreprises et de gouvernements. Nous comptons sur l’énergie de nos bénévoles et l’aide financière de nos membres.

Mark Calzavara, Organisateur régional, Ontario-Québec-Nunavut