Lettre ouverte au cabinet fédéral libéral : dernière offensive pour promouvoir de nouveaux pipelines pour l’exportation du pétrole des sables bitumineux

Tae sands

LETTRE OUVERTE
27 avril 2016

Monsieur le Premier Ministre,
Membres du Cabinet,

Les économies et les travailleurs de l’Alberta et du Canada ont connu des moments très difficiles au cours des derniers mois. La pression sur le cabinet fédéral libéral pour qu’il réagisse à la crise a été considérable, notamment en raison du récent plaidoyer de la première ministre Rachel Notley à Kananaskis et de la déclaration de l’ancien premier ministre Brian Mulroney exhortant le Cabinet à se ranger derrière les grands projets de pipeline.

Cette dernière offensive pour promouvoir de nouveaux pipelines pour l’exportation du pétrole des sables bitumineux présente un certain nombre de points problématiques qui méritent une réponse. L’ajout de nouveaux pipelines ne résoudra pas les difficultés économiques engendrées par l’instabilité des marchés pétroliers mondiaux ni par un monde engagé dans une transition rapide — et nécessaire — vers l’abandon des combustibles fossiles en vue de préserver notre climat pour les générations futures.

Nous devons réaliser un examen impartial des projets de pipeline qui comprend toutes les preuves scientifiques, favorise la participation du public, et met en place un test climatique visant à garantir que le Canada ne bâtit pas des infrastructures qui rendent impossible de limiter la hausse de la température mondiale à moins de 1,5 degré. L’examen doit comprendre des consultations auprès des communautés autochtones et le respect de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Un pipeline vers les côtes n’est pas le Graal des sables bitumineux

Comme le souligne Ross Belot [en anglais], ancien dirigeant principal de l’une des plus grandes sociétés énergétiques canadiennes, un nouveau pipeline ne résoudra pas les problèmes de l’Alberta puisque, d’après M. Belot, « le problème qu’un pipeline vers les côtes était censé résoudre n’existe plus. »

L’abondance de gaz de schiste bon marché aux États-Unis et l’effondrement des cours mondiaux du pétrole [en anglais] ont contribué à réduire l’écart de prix entre le brut nord-américain (dont le prix de référence est le West Texas Intermediate ou WTI) et le brut mondial (dont le prix de référence est le Brent) à presque zéro. Par conséquent, les profits auxquels s’attendaient les producteurs canadiens des sables bitumineux en cherchant à obtenir des rendements supérieurs sur les marchés mondiaux se sont envolés [en anglais]. La décote qui subsiste pour Western Canadian Select (WCS) par rapport au WTI est attribuable aux différences de qualité intrinsèques qui font en sorte que le WCS coûte plus cher à raffiner. Construire de nouveaux pipelines pour acheminer le pétrole des sables bitumineux vers les côtes et les marchés mondiaux ne permettra jamais de surmonter la décote reflétant sa qualité spécifique.

L’ajout de pipelines est incompatible avec l’objectif d’un monde à 1,5 degré

Les pipelines Kinder Morgan, Northern Gateway, Line 3 et Énergie Est engageraient l’Alberta et le Canada à produire et à exporter du brut lourd pour de nombreuses années, soit largement au-delà de l’horizon 2050 prévu par l’Accord de Paris pour sevrer le monde des combustibles fossiles. Construire de nouveaux pipelines ne cadre pas avec l’expertise de plus de 100 scientifiques du Canada qui réclament publiquement un moratoire sur l’expansion des sables bitumineux.

La réalité des changements climatiques prenant de l’ampleur, de plus en plus de gens réclament des actions et les dirigeants mondiaux seront forcés de réagir. Dans un monde de plus en plus axé sur la décarbonisation, les produits pétroliers à forte densité carbonique comme le pétrole lourd, y compris celui des sables bitumineux, représenteront des risques économiques [en anglais].

S’unir pour la protection de notre climat et de notre eau

Ces projets de pipeline représentent un risque considérable non seulement pour notre climat mondial, mais pour les principaux cours d’eau situés sur leur parcours. Les pipelines d’exportation proposés pour l’exploitation des sables bitumineux transporteraient du bitume dilué par-dessus, sous et à travers des cours d’eau vulnérables, y compris ceux dont dépendent des millions de Canadiennes et de Canadiens pour leur approvisionnement en eau potable.

L’Académie des sciences des États-Unis (NAS) publiait récemment l’analyse la plus exhaustive à ce jour sur les déversements de bitume dilué [en anglais]. L’étude est venue confirmer que le bitume dilué diffère des autres types de pétrole en cas de déversement dans l’eau ou aux abords d’un plan d’eau. En effet, le bitume dilué coule au fond de l’eau après une courte période de dégradation, ce qui le rend très complexe à nettoyer en cas de déversement. L’étude confirme également que des stratégies d’intervention particulières sont nécessaires pour nettoyer un déversement de bitume dilué — des stratégies qui ne sont pas encore au point, tant au Canada qu’aux États-Unis.

Respecter la Déclaration des Nations Unies pour les droits des peuples autochtones

Certains ont fait valoir que les Canadiens doivent s’unir autour d’un pipeline au nom de la solidarité nationale, et que le premier ministre Trudeau doit nous guider vers cet objectif, sans attendre les résultats d’une étude impartiale de ces projets. Cela nous obligerait à accepter d’imposer un pipeline à des communautés des Premières Nations qui ont exprimé très clairement leurs préoccupations quant à l’obligation de consulter et concernant les répercussions de ces pipelines sur leurs terres ancestrales. Les obliger à approuver un pipeline va à l’encontre de la Déclaration des Nations Unies pour les droits des peuples autochtones ; cela vaut pour Northern Gateway, Kinder Morgan, Line 3 et Énergie Est [les quatre sont en anglais].

Accorder son soutien à l’un de ces projets de pipeline équivaudrait à ignorer les voix de plusieurs grandes villes situées sur le parcours du pipeline ainsi que d’innombrables communautés qui réclament un examen impartial de ces projets. En outre, cela entrerait en conflit avec les examens provinciaux en cours pour certains projets.

Il existe des solutions. S’opposer aux nouveaux pipelines d’exportation pour les sables bitumineux n’est pas anti-Alberta.

De toute évidence, des travailleurs et leurs familles, voire des communautés entières, éprouvent des difficultés en Alberta. Personne ne souhaite cela. Cependant, faire la même chose à plus grande échelle ne règlera rien.

Lors d’un nouveau sondage [en anglais] réalisé auprès des Albertains pour savoir comment ils souhaiteraient dépenser les revenus tirés d’une nouvelle taxe sur le carbone ont répondu, par une marge supérieure à deux contre un, qu’ils favoriseraient des projets d’énergie verte, le transport en commun et des mesures d’efficacité énergétique. En tout, 144 000 emplois albertains [en anglais] pourraient être créés par le biais de politiques publiques qui favorisent et financent des projets d’énergie renouvelable, d’efficacité énergétique et de transport public.

Soyons unis pour un avenir meilleur — un avenir que nous pourrons fièrement léguer à nos enfants et nos petits-enfants.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, membres du Cabinet, mes salutations les plus distinguées.

Brandon/Westman chapter, Council of Canadians 
Calgary chapter, Council of Canadians
Citizens' Climate Lobby Canada
ClimateFast
Climate Justice Saskatoon
Comox Valley chapter, Council of Canadians
Conseil régional de l'environnement de Montréal
Council of Canadians
Ecology Action Centre
Ecology Ottawa
Fredericton chapter, Council of Canadians
Georgia Strait Alliance
Greenpeace Canada 
Green 13 Toronto
Kent County chapter, Council of Canadians
Leadnow
Les Citoyens au Courant
London chapter, Council of Canadians
Manitoba Energy Justice Coalition 
Mid-Island chapter, Council of Canadians 
Montreal chapter, Council of Canadians
Northwatch
Ottawa chapter, Council of Canadians
Oil Change International 
Peace NB 
People for Peace, London, Ontario
Pipeline Awareness Renfrew County
Peterborough and Kawarthas chapter, Council of Canadians
Transition Initiative Kenora
Quill Plains chapter, Council of Canadians 
Quinte chapter, Council of Canadians
Quinte Water Watchers 
Regina chapter, Council of Canadians
Saint John chapter, Council of Canadians
Saskatoon chapter, Council of Canadians
Sierra Club, BC 
South Shore chapter, Council of Canadians
Sustainable North Grenville
Stand (formerly ForestEthics)
Tanker Free BC
Team Ecohealth
Thunder Bay chapter, Council of Canadians 
Vancouver / Burnaby chapter, Council of Canadians 
WaterWealth Project 
West Coast Environmental Law Association 
Wilderness Committee
350.org
350Vancouver

If you would like to add your organization or group to this letter, email: aharden@canadians.org