Participation du Conseil des Canadiens aux mobilisations entourant le sommet du G7 au Québec

Diverses actions sont en cours d'organisation par différents groupes au Québec afin de protester contre la tenue du sommet du G7 dans un luxueux hôtel à La Malbaie (située à 150 km au nord-est de la ville de Québec), derrière une clôture haute de 3,5 m et longue de 3,7 km, ancrée dans des poteaux de ciment enfoncés à 46 cm dans le sol et dont le coût s'élève à 3,8 millions de dollars.

Ces actions comprennent :

  • Le jeudi 7 juin à 18 h - Marche populaire et unitaire contre le G7 et pour l'ouverture de toutes les frontières - au parc des Braves
  • Le vendredi 8 juin à 7 h 30 - Action perturbatrice - lieu à déterminer.
  • Le vendredi 8 juin -  Journée de perturbation - selon le Montreal Gazette, il s'agit « d'activités non précisées visant à perturber le sommet », qui se dérouleront partout dans la région de la capitale nationale.
  • Le samedi 9 juin, de 10 h à 15 h - Forum alternatif - en face de l'édifice de l'Assemblée nationale.
  • Le samedi 9 juin, 15 h - Manifestation unitaire - édifice de l'Assemblée nationale.

Le site web Anti-G7 Resistance Network/Réseau de résistance anti-G7 (RRAG7) est une bonne source d'information, notamment pour connaître les horaires des autobus qui feront le trajet Montréal - Québec, les possibilités d'hébergement, les dates des réunions d'organisation, et plus encore! Parmi les autres groupes organisateurs, il y a la Coalition pour un forum alternatif au G7 et le Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC).

Le Conseil des Canadiens soutient depuis longtemps que ces sommets-G sont antidémocratiques et néolibéraux, qu'ils portent atteinte à la liberté d'expression et qu'ils coûtent beaucoup trop cher. Nous soulignons d'ailleurs que ce sommet du G7 sera l'occasion d'une première visite du président des États-Unis Donald Trump au Canada.

1 - Antidémocratique : Le sommet du G7 n'inclut que les pays les plus riches du monde (ne sont pas inclus, par exemple, les 54 pays d'Afrique ou les 12 pays de l'Amérique du Sud). Le Conseil des Canadiens fait valoir que les sommets-G devraient être plus inclusifs et être des sommets du G-195 (tous les pays représentés à l'Assemblée générale des Nations unies).

2 - Néolibéral : Le G7 est un forum, à l'instar du Forum économique mondial ou de l'Organisation mondiale du commerce, qui sert à renforcer le néolibéralisme. George Monbiot a écrit que le « néolibéralisme est devenu tellement omniprésent qu'on a peine à reconnaître qu'il s'agit d'une idéologie. [Il comporte] des réductions massives d'impôt accordées aux riches, l'écrasement des syndicats, la déréglementation, la privatisation, l'externalisation et la concurrence dans les services publics » ainsi que des dispositions portant sur les relations investisseur-État dans le cadre d'accords de « libre-échange ». Le RRAG7 dit que le « G7 s'avère être une de ces rencontres symboliques entre États néolibéraux qui légitime le 1 % le plus riche de la population mondiale tout en créant et en consolidant les inégalités sociales et économiques ».

3 - Porte atteinte à la liberté d'expression : La GRC a confirmé que « l'espace soi-disant de liberté d'expression » sera situé sur un terrain vague à côté du Musée de Charlevoix, qui se trouve à près de 2 km du Manoir Richelieu Fairmont, le luxueux hôtel où se réunira le G7. Notre argument consiste à dire que l'ensemble du Canada devrait être une « zone de libre expression » et que c'est une violation des droits démocratiques que de garder les personnes qui veulent protester et s'exprimer sur les questions essentielles à l'ordre du jour hors de vue des dirigeants qui prennent des décisions touchant leur vie (à souligner que les décisions du G7 entourant les changements climatiques nous affectent tous et toutes).

4 - Coûte beaucoup trop cher : Le sommet de deux jours à La Malbaie coûtera aux alentours de 605 millions de dollars dont 259 millions seront affectés à la sécurité. Nous avons dit qu'il serait beaucoup plus rentable de tenir ces sommets à New York dans l'édifice du Secrétariat des Nations unies (les coûts liés aux mesures de sécurité seraient réduits compte tenu de l'emplacement fixe). En 2010, l'équipe éditoriale du Toronto Star a convenu, comme nous, dans un article que " fondamentalement, les sommets du G8/G20  se résument à un groupe de dirigeants réunis pour se serrer les coudes. L'exercice ne devrait pas coûter les yeux de la tête ni nécessiter des tonnes de provisions. Ces évènements s'écroulent sous leur propre poids.  Le temps est venu d'alléger le fardeau ».

5 - Trump au Canada : Les objectifs de Justin Trudeau pour ce sommet sont notamment de « promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes » (cela ne tient pas de penser que Trump puisse contribuer à cette discussion); de « travailler ensemble à l'égard des changements climatiques, des océans et de l'énergie propre » (Trump a affirmé que les changements climatiques sont une arnaque, il a déposé un avis officiel pour retirer son pays de l'entente sur le climat de Paris et il a ouvert pratiquement toutes les eaux côtières à l'exploitation gazière et pétrolière); et de « construire un monde pacifique et plus sûr » (Trump a gazouillé que son bouton pour lancer une attaque nucléaire était plus gros que celui du dirigeant de la Corée du Nord).

Le Conseil des Canadiens renseignera le public au sujet des actions qu'il mènera lors du sommet du G7 dans les prochaines semaines.

Pour vous joindre aux 23 097 personnes qui ont signé notre pétition contre la venue de Trump au sommet du G7, cliquez ici.