Énergie Est

Primary tabs

TransCanada promeut activement le développement de l’oléoduc Énergie Est qui permettrait de convoyer 1,1 million de barils de pétrole brut par jour, ce qui inclut du pétrole brut de sables bitumeux. TransCanada convertirait un oléoduc de transport de gaz naturel qui va de la Saskatchewan à l’Ontario et dont certains tronçons datent d’il y a 40 ans et le relierait à un nouvel oléoduc qui traverserait le Québec pour aller jusqu’à Saint-John, au Nouveau-Brunswick. Cet oléoduc, long de 4 400 km, promouvrait l’exportation de pétrole brut en masse par le biais de pétroliers, à partir de la côte atlantique vers des marchés plus importants et plus rentables, comme l’Europe, l’Inde, la Chine et les États-Unis.

Ce rapport documente la proximité des prises d’eau potable de plusieurs agglomérations et communautés canadiennes par rapport au projet Énergie Est de TransCanada.

NOUS COURONS LE RISQUE.

Les oléoducs fuient. La conversion d’un oléoduc existant augmente le risque de fuites, en Saskatchewan et en Ontario et un déversement de bitume dilué causerait des dommages irréversibles à nos précieux cours d’eaux.

Un développement irréfléchi de l’industrie des sables bitumeux. Énergie Est est le plus grand projet d’oléoduc proposé à ce jour au Canada, et fait partie d’un mouvement bien plus vaste de promotion du développement des oléoducs par les grandes compagnies pétrolières. Ce projet représente une composante essentielle d’une expansion en trois volets des projets d’exploitation des sables bitumeux.

La fracturation de notre avenir. L’oléoduc Énergie Est permettrait non seulement de convoyer du pétrole de schiste de la formation de Bakken – la substance qui a causé l’explosion dans la tragédie du Lac-Mégantic - mais il augmenterait la dépendance de l’Ontario et du Québec par rapport aux importations de gaz fracturé.  

Le non-respect des droits autochtones. Cet oléoduc traverserait les terres de plus de 50 Premières Nations qui adhèrent au principe du « consentement libre, préalable et éclairé », ce qui inclut le droit de dire « Non ».

Les collectivités ont également le droit de dire « Non ». À travers la Colobie-Britannique et les États-Unis, de nombreuses communautés rejettent les projets d’oléoducs destinés à promouvoir l’exportation de pétrole des sables bitumeux, alors pourquoi l’Est du Canada devrait-il accepter de courir ces risques ?

L’Ontario et le Québec risquent de faire face à des pénuries d’énergie. L’oléoduc Énergie Est pourrait entrainer, pour l’Ontario et le Québec, un accès réduit au gaz produit dans les provinces de l’ouest, ce qui entrainerait une augmentation des prix et créerait des pénuries.  

Changements climatiques non contrôlés. Nous devons agir rapidement pour traiter les problèmes de changements climatiques.  L’exploitation des sables bitumeux produit encore plus de pollution que l’extraction de pétrole conventionnel. Tout développement de l’industrie des sables bitumeux contribuerait de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre au Canada.

Un mauvais investissement. Tout investissement dans des infrastructures destinées à l’exploitation des combustibles fossiles diminue le nombre d’investissements promouvant le développement d’un avenir centré sur l’énergie verte.

 

Les oléoducs destinés à promouvoir l’exportation sont synonymes de grands profits pour les grandes compagnies pétrolières. Le projet Énergie Est a pour objectif principal de convoyer le pétrole brut produit dans l’ouest du Canada vers les eaux côtières de l’est. Pourquoi ? Les grandes compagnies pétrolières font face à une féroce opposition aux oléoducs de transport de pétrole venant des sables bitumeux, en Colombie-Britannique et aux États-Unis, et doivent donc trouver une façon différente de convoyer ce pétrole vers les marchés internationaux. Si elles ne peuvent pas construire d’oléoducs dans l’ouest, elles les construiront vers l’est afin de pouvoir exporter le pétrole vers les marchés internationaux et maximiser leurs profits.

 

Passez à l’action!

  1. Signez la pétition « Non à l’oléoduc Énergie Est »
     
  2. Aidez-nous à transmettre le message en apposant derrière vos fenêtres le panneau « Nous courons le risque. Ils en profitent. » Contactez inquiries@canadians.org et nous vous en enverrons !
     
  3. Dites à vos représentants municipaux, provinciaux et fédéraux que vous êtes opposé au projet d’oléoduc Énergie Est.
     
  4. Joignez-vous au Conseil des Canadiens, faites un don à la campagne et demandez à un membre de votre famille ou à un ami de participer avec vous à la lutte contre l’oléoduc Énergie Est.

     

 


La face cachée d'Énergie Est

 

Map: Energy East West   Map: Energy East East

Flickr: