Marchander La Démocratie

En quoi les règles de protection des investisseurs de l’AÉCG menacent-elles le bien public au Canada et dans l’Union européenne?

Téléchargez le rapport complet ou le résumé. Disponible en anglais et espagnol.

Le 26 septembre 2014, le Canada et l’Union européenne (UE) ont annoncé la conclusion d’un accord d’intégration économique d’une large portée, soit l’Accord économique et commercial global (AECG). L’accord prévoit un mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS), lequel pourrait se solder par une véritable explosion du nombre des litiges d’entreprises contre le Canada, l’UE et des États membres individuels de l’UE et dangereuse­ment contrecarrer les efforts des gouvernements visant à protéger leurs citoyens et l’environnement.

Le mécanisme ISDS accorde aux compagnies étrangères la possibilité d’intenter directement des poursuites contre des États auprès de tribunaux internationaux de droit privé pour réclamer des dommages et intérêts si elles jugent que des mesures de protection en matière de santé, d’environ­nement, des mesures prudentielles dans le domaine de la finance ou d’autres législations nationales portent atteinte à leurs droits. Ces poursuites intentées par des inves­tisseurs contre un État sont instruites par des arbitres commerciaux privés qui sont rémunérés au dossier et tendent manifestement à interpréter la loi en faveur des investisseurs.

L’ISDS peut empêcher des gouvernements d’agir dans l’intérêt commun à la fois, directement lors­qu’une entreprise intente une poursuite contre un État, et indirectement en décourageant les États d’adopter des lois par crainte d’être poursuivis. À l’échelle planétaire, des investisseurs ont contesté des lois de protection de la santé publique comme des lois anti-tabac, des interdictions de substances toxiques et d’activités minières, des exigences en matière d’éva­luations d’impacts environnementaux, des règlements sur les déchets toxiques, des mesures fiscales ou des mesures de sauvegarde financière.

Marchander La Démocratie demande aux législateurs canadiens et européens de rejeter les dispositions sur la protection des investissements de l’AÉCG et des traités futurs, dont le contro­versé Partenariat transatlantique de commerce et d’investisse­ment (PTCI) et le Partenariat transpacifique (PTP).

Téléchargez le rapport complet.
Téléchargez le résumé.

Disponible en anglais et espagnol.

Publié par l’Association internationale de techniciens, experts et chercheurs (AITEC), la Chambre du travail (AK Vienne), le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), l’Observatoire européen des entreprises (OEE), le Conseil des Canadiens, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), la Fédération syndicale européenne des services publics (FSESP), le Forum allemand d’ONG pour l’environnement et le développement, Amis de la Terre Europe (FoEE), PowerShift, le Bureau quaker des affaires européennes (QCEA), le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC), le Réseau pour le commerce juste (RCJ), l’Institut transnational (TNI) et Transport & Environment (T&E).

mercredi, 19 novembre, 2014