AECG : entretient de la ministre canadienne du Commerce international Chrystia Freeland avec la Commission INTA de l’Union européenne, réaction de la présidente du Conseil des Canadiens Maude Barlow

18 avril, 2016
Communiqué de presse
Maude Barlow in Vienna
Barlow challenges CETA, ISDS and ICS in Vienna, Nov. 2015.

(BRUXELLES, BELGIQUE) – Alors que l’AECG — l’Accord économique commercial et global entre le Canada et l’Union européenne — entame sa dernière ligne droite avant de se retrouver devant le Parlement européen, peut-être même cette année, il devient de plus en plus évident que son sort sera décidé à l’issue d’un vote extrêmement serré. Il n’est dès lors pas étonnant que la ministre canadienne du Commerce international, Chrystia Freeland, se rende à Bruxelles mercredi pour s’adresser à la Commission du commerce international du Parlement européen (INTA).

Pendant que Freeland partagera son point de vue, qualifiant l’AECG de « référence en la matière », la défenseure d’un autre point de vue canadien sera dans la salle, soit Maude Barlow, lauréate du prix Nobel alternatif et experte chevronnée en matière de commerce international. Barlow s’est opposée au premier accord de libre-échange entre le Canada et les États‑Unis et a signé de nombreux ouvrages sur le commerce.

Où : Bruxelles, Parlement européen, salle Paul‑Henri Spaak (1A002)
Quand : mercredi 20 avril 2016
15 h – 17 h 30, heure de Bruxelles (de 9 h à 11 h 30, heure de l’Est) : présentation de la ministre Chrystia Freeland à la Commission INTA : Webdiffusion
17 h 30, heure de Bruxelles (11 h 30 heure de l’Est) : Maude Barlow se tiendra à la disposition des médias pour faire part de ses commentaires.

« Il est important que les Européens sachent que les Canadiens posent également des questions sur ces accords commerciaux », a dit Mme Barlow. « Au Canada, il n’y a eu aucune consultation, aucun débat et aucune étude sur les conséquences éventuelles de l’AECG pour les Canadiennes et les Canadiens. Ce gouvernement est arrivé avec la promesse que les choses seraient différentes. Ils ont dit qu’ils feraient des consultations et seraient transparents. Nous exhortons le gouvernement à donner suite à cette promesse. Ne vous bornez pas à donner votre aval à l’accord de Stephen Harper. »

Barlow et son organisation, le Conseil des Canadiens, mènent des campagnes de pression contre l’AECG au Canada et dans l’Union européenne. Barlow a visité de nombreux pays d’Europe pour sensibiliser les politiciens et le grand public à l’expérience canadienne au sein de l’ALENA – perte de 350 000 emplois manufacturiers, inégalités croissantes, et 37 poursuites devant les tribunaux en vertu du mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États, faisant du Canada le pays le plus poursuivi du monde développé en 2014.

Au cours de ses visites en sol européen, Maude Barlow a parlé de son rapport intitulé Lutte contre le TTIP, l’AECG et le mécanisme de RDIE : les enseignements du Canada, qui a été révisé et republié. Il a été condensé en une courte vidéo de cinq minutes accessible en anglais, en allemand, en français et en espagnol. Le rapport est également offert en polonais.

« Pour bon nombre d’Européens, il s’agit d’une première incursion dans le monde de ces accords commerciaux "nouveau genre", qui accordent des pouvoirs extraordinaires aux multinationales étrangères », ajoute Mme Barlow. « Malheureusement, au Canada nous avons plus de 20 ans d’expérience avec l’ALENA, alors cela n’a rien de nouveau pour nous. Nous voulons partager notre expérience avec les Européens. Comme l’ALENA, l’AECG et d’autres accords similaires constituent une menace pour les services publics, l’environnement, la sécurité alimentaire, l’économie locale et les normes du travail des deux côtés de l’Atlantique. »

-30-

Renseignements : Sujata Dey, responsable de campagne sur le commerce international, Conseil des Canadiens, +33 7 86 40 32 00, sdey@canadians.org