Des cibles climatiques ambitieuses incompatibles avec les nouveaux pipelines

8 décembre, 2015
Déclaration de presse
The Council of Canadians is encouraged by strengthened climate targets proposed at the Paris climate talks, but doesn’t see how Canada can achieve them with the Energy East and Trans Mountain pipelines still on the table.

OTTAWA - Le Conseil des Canadiens est encouragé par les cibles plus ambitieuses proposées pour combattre les changements climatiques dans le cadre des pourparlers sur le climat à Paris, mais ne voit pas comment le Canada pourrait les atteindre tant que les projets de pipeline Énergie Est et TransMountain resteront sur la table.

« Si nous voulons vraiment atteindre un objectif de 1,5 degré, il faut dire non aux nouveaux pipelines desservant les sables bitumineux comme les projets Énergie Est de TransCanada et TransMountain de Kinder Morgan », note Andrea Harden‑Donahue, chargée de campagne sur l'énergie et le climat pour le Conseil des Canadiens. « L'oléoduc Énergie Est pourrait entraîner à lui seul une hausse de 40 pour cent de la production des sables bitumineux, et nous serions otages du projet pour les 40 prochaines années. Des cibles ambitieuses requièrent des actions ambitieuses et concrètes. Cela signifie plafonner la production des sables bitumineux et planifier une transition vers une économie décarbonée à l'horizon 2050. »

« Nous sommes ravis des nouveaux objectifs proposés par la ministre McKenna », ajoute Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens. « Mais des objectifs sans des gestes concrets pour les appuyer ne sont que des paroles en l'air – et je pense que les Canadiennes et les Canadiens n'ont plus de patience pour ce type de discours. Il n'y a aucun doute dans l'esprit des gens que la production d'énergie à partir des sables bitumineux, de la fracturation hydraulique et des forages en mer a des effets désastreux pour l'environnement. Nous nous attendons à ce que le gouvernement du Canada se tourne vers l'avenir en apportant des changements concrets à nos politiques en matière d'énergie. Faire moins que cela serait incompatible avec l'objectif de 1,5 degré fixé par notre gouvernement. »