En accélérant le processus de ratification du nouvel ALENA, le gouvernement libéral se met au service de Trump

28 mai, 2019
Communiqué de presse

English

Ottawa — Au moment où le premier ministre Justin Trudeau et la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland se préparent à rencontrer, cette semaine à Ottawa, le vice-président des États-Unis Mike Pence afin de promouvoir la ratification accélérée du nouvel ALENA, l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), le Conseil des Canadiens prévient qu’en accélérant la ratification de l’entente, le gouvernement soutient imprudemment le programme de Trump et stoppe les tentatives des Démocrates de l’améliorer de façon significative.

La semaine dernière, la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a dit que le Canada y allait « pleins gaz » pour ratifier l’accord. Aujourd’hui, le gouvernement va déposer la loi de promulgation de l’accord à la Chambre de communes avec l’intention d’adopter l’accord avant cet été.

« En ce moment, les Démocrates ont les votes nécessaires pour apporter des modifications sérieuses et progressistes à l’entente. Et au lieu d’écouter, le gouvernement canadien complote avec l’administration Trump pour clore ce débat. C’est déplorable de faire ainsi les quatre volontés de Trump, a dit Maude Barlow, présidente honoraire du Conseil des Canadiens. Ce gouvernement et les conservateurs n’ont jamais vu un accord de libre-échange qu’ils n’aiment pas, et le nouvel ALENA n’est pas différent ».

En vue d’exhorter le gouvernement canadien à appuyer sur pause pour la ratification, le Conseil des Canadiens a produit une série de vidéos et de feuillets d’information sur la coopération réglementaire et les dispositions du nouvel ALENA qui minent l’intérêt public, nuisent à l’environnement, l’agriculture, l’eau, le secteur pharmaceutique et sapent d’autres enjeux importants.

« Ce nouvel ALENA, c’est un peu comme faire un pas en avant et deux en arrière, dit Sujata Dey, chargée de la campagne sur le commerce. Nos membres et nos alliés ont réussi par leurs pressions à faire tomber le chapitre 11, une disposition permettant aux entreprises de poursuivre les gouvernements pour des politiques enfreignant leurs profits et une clause de proportionnalité en matière d’énergie imposant des quotas aux exportations canadiennes de pétrole et de gaz aux États-Unis ».

« Par contre, poursuit-elle, ce nouvel ALENA accorde aux entreprises de nouveaux droits qui limitent l’accès aux médicaments à prix abordable et menacent la survie des fermes familiales canadiennes. Ces nouveaux droits offrent aux entreprises une façon détournée et exclusive d’influencer la réglementation en matière de santé, d’environnement et de sécurité sociale au Canada pour engranger plus de bénéfices. Les Démocrates donnent au Canada la possibilité d’améliorer le nouvel ALENA et d’en faire un meilleur accord pour les gens et pour la planète. Il serait téméraire de notre part de ne pas accepter cette invitation et d’adopter une entente boiteuse qui n’a pas les votes nécessaires pour être adoptée au Congrès ».

-30-

Pour plus d’information : canadians.org/nafta

Pour de plus amples renseignements ou pour des entrevues :
Heather Badenoch, Chief Strategist, Village PR
heather@villagepr.cavillagepr.ca | 613-859-8232