Exproprions le puits de Nestlé pour alimenter la communauté en eau potable, dit le Conseil des Canadiens

19 octobre, 2016
Communiqué de presse

drought

(OTTAWA) – Le Conseil des Canadiens demande au gouvernement de l’Ontario d’utiliser les pouvoirs que lui confère la Loi sur l’expropriation pour rendre le puits de Middlebrook à la communauté locale en le rachetant à Nestlé. Nestlé Waters Canada a acquis le puits au mois d’août pour alimenter sa gigantesque usine d’eau embouteillée au sud de Guelph, Ontario, malgré une soumission concurrente déposée par le canton de Wellington Centre, qui souhaitait garantir l’approvisionnement de sa population en eau potable.

« L’expropriation est un outil dont disposent les gouvernements pour agir dans l’intérêt public, et son usage est certainement pertinent dans ce contexte », a dit Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens. « La communauté a besoin de ce puits pour s’approvisionner en eau potable. Le bien commun doit l’emporter sur le bénéfice privé. »

Lundi, le ministre ontarien de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique a publié sur le Registre environnemental les changements proposés au processus d’obtention des permis pour le prélèvement d’eau à des fins d’embouteillage. Les membres du public ont jusqu’au 1er décembre prochain pour faire part de leurs commentaires. Le Conseil des Canadiens exhorte les Ontariens à demander à leur gouvernement d’instaurer un moratoire permanent sur les nouveaux permis pour les usines d’embouteillage d’eau, d’éliminer progressivement les permis en vigueur et d’exproprier le puits de Middlebrook pour permettre à Wellington Centre de l’utiliser.

« Chaque année, Nestlé expédie dans toute l’Amérique du Nord plus d’un milliard de bouteilles en plastique remplies d’eau prélevée du bassin hydrographique de Grand River », a rappelé Mme Barlow. « La vaste majorité de cette eau est consommée par des gens qui ont accès à de l’eau potable directement dans leur robinet. Nous demandons aux gens de boycotter l’eau embouteillée et tous les autres produits de Nestlé, et nous demandons à nos gouvernements de prendre leurs responsabilités en protégeant nos eaux souterraines, précieuses et vulnérables. »

-30-