L’assurance-maladie, une priorité nationale : le Conseil des Canadiens s’adresse aux ministres de la Santé

19 janvier, 2016
Communiqué de presse

OTTAWA – Le Conseil des Canadiens se réjouit de voir le ministre fédéral de la Santé rencontrer ses homologues provinciaux et territoriaux à Vancouver cette semaine. Puisqu’il s’agit du premier sommet du genre dans l’histoire récente, le Conseil est impatient de voir des gestes et un leadership concrets axés sur la préservation et la protection du plus important programme social canadien, soit l’assurance-maladie.

« La négociation d’un nouvel Accord sur la santé étant une priorité encore cette année pour les provinces, les territoires et le gouvernement fédéral, nous attendons des parties qu’elles en arrivent à une solution qui accorde la priorité au mieux-être des Canadiennes et des Canadiens », affirme Michael Butler, responsable de la campagne pour la santé auprès du Conseil des Canadiens. « Le gouvernement fédéral doit fournir un financement stable et adéquat afin de respecter la demande des premiers ministres, qui souhaitent que le gouvernement fédéral s’engage à assurer au moins de 25 % du financement des soins de santé au Canada à l’horizon 2025. De leur côté, les provinces et territoires doivent accepter qu’un tel transfert soit assujetti à des conditions pour faire en sorte que la Loi canadienne sur la santé ne soit plus impunément violée et ignorée comme c’est le cas depuis plus de dix ans. »

Le Conseil des Canadiens insiste également pour que l’assurance-médicaments fasse partie des discussions. La mosaïque actuelle de mesures disparates a des incidences négatives sur la santé des Canadiennes et des Canadiens, et un patient sur dix n’a pas les moyens de se procurer les médicaments dont il a besoin. Le Canada se distingue de façon douteuse en étant le seul pays de l’OCDE doté d’un régime de santé public et universel à ne pas offrir également un régime d’assurance-médicaments.

« Un programme d’achat en bloc pour les médicaments n’est pas la même chose qu’une couverture universelle », nuance M. Butler. « Il existe un consensus presque unanime à savoir qu’un programme universel d’assurance-médicaments améliorerait la santé des Canadiens et permettrait d'économiser jusqu'à 11 milliards de dollars par année en dépenses de santé. Il convient désormais de faire les bons choix. »

-30-