La face cachée d'Énergie Est: une vidéo démontrant les risques sur le climat et les cours d'eau

15 septembre, 2014
Communiqué de presse

Energy East 101

Montréal, le 15 septembre 2014 – La face cachée d'Énergie Est, est une animation vidéo de 4 minutes lancée aujourd'hui par le Conseil des Canadiens et Équiterre. Conçue pour prendre l'internet d'assaut, sous forme d'animation au crayon, cette vidéo présente les principales controverses entourant le projet Énergie Est de TransCanada.Maude Barlow and Steven Guilbeault

La narration de la vidéo anglaise est assurée par Maude Barlow, auteure et présidente nationale du Conseil des Canadiens, et en français par le militant écologiste québécois Steven Guilbeault, Directeur principal d'Équiterre.

« TransCanada a injecté une quantité phénoménale d'argent dans la promotion unilatérale d'Énergie Est », dit Maude Barlow. «Nous espérons contrer leur argumentaire de vente avec une vidéo éducative et facilement accessible au public sur les risques très réels de ce pipeline », poursuit-elle.

Énergie Est pourrait déverser plus d'un million de litres de pétrole brut en seulement 10 minutes [1]. À titre comparatif, le déversement 2010 dans la rivière Kalamazoo au Michigan - la plus grande marée noire de l'intérieur aux États-Unis - a déversé 3,8 millions de litres de bitume dilué en plus de 18 heures. « Ce pétrole lourd coule dans le fond de l'eau, ce qui rend le nettoyage très ardu. Quatre ans plus tard, avec plus de 1 milliard $ dépensés au nettoyage, il reste toujours du pétrole lourd sur le fond de la rivière», s'insurge Steven Guilbeault.

« Énergie Est traverserait plus de 900 cours d'eau, y compris les sources d'eau potable pour des millions de Canadiens », ajoute Mme Barlow.  Le pipeline traverse des cours d'eau à moins de 20 km de là où les communautés puisent leur eau potable. Un déversement pourrait avoir des effets dévastateurs sur les voies fluviales traversant des villes comme Winnipeg, Ottawa et Québec.

Énergie Est entraînerait une augmentation de la production des sables bitumineux jusqu'à 40 % [2]. Le brut produit serait presque entièrement exporté avec un minimum de raffinage, ce qui signifie que peu d'avantages à long terme pour les Canadiens [3].

« Ce pipeline d'exportation ne vaut pas le risque pour nos cours d'eau, pour le climat et les communautés le long du tracé de 4 400 km », conclut Barlow. 

« À plus grande échelle, le projet d'Enbridge et celui de la compagnie TransCanada vont entraîner une hausse de la production des sables bitumineux et des émissions de gaz à effet de serre, contribuant ainsi à exacerber la crise du climat » souligne M. Guilbeault. 

Notes:

[1] 1.1 million de barils par jour = 160 million de litres par jour= 1893 litres par seconde. 10 minutes au flux maximal = 1 135 800 litres.

[2] Pembina Institute, Climate Implications of the Proposed Energy East Pipeline

[3] Environmental Defence, Equiterre, Council of Canadians and Environmental Action Centre. 2014. TransCanada's Energy East: an export pipeline, not for domestic gain.

-30-

Pour plus d'informations:

Geneviève Puskas, Équiterre, 1-877-272-6656 poste 298 | Cell: 514-792-5222 | gpuskas@equiterre.org


Sujata Dey, Conseil des Canadiens, 1-800-387-7177 poste 226 | Cell: 613 796-7724 | sdey@canadians.org