La libre expression se heurte à des obstacles au G7

8 juin, 2018
Communiqué de presse

G7 aerial view

English

Des militantes et des militants du Conseil des Canadiens ont installé une énorme banderole dans une ferme près de La Malbaie sous la trajectoire de vol empruntée par l'hélicoptère transportant les chefs d'État de la BFA de Bagotville au sommet. Un « G7 » de 50 par 35 mètres, traversé d'une ligne rouge, compose le message.

En prenant des photos aériennes du message à l'aide d'un appareil-photo GoPro de 100 grammes suspendu à des ballons d'hélium, les organisateurs ont malencontreusement perdu la maîtrise de l'appareil lorsque des vents forts l'ont entraîné sur un arbre et causé la rupture des deux fils de rétention. La dernière fois qu'on l'a aperçu, l'appareil-photo se dirigeait vers le sommet du G7 à une altitude d'environ 500 mètres.

« L'appareil-photo à la dérive ne pose aucun danger pour la population contrairement au G7, dit Mark Calzavara, organisateur régional pour le Conseil des Canadiens. Si quelqu'un trouve notre appareil-photo, nous aimerions bien le récupérer ».

Les mesures de sécurité excessivement restrictives du G7 interdisent l'utilisation de drones contrôlés à distance, et ce, même à 15 km du sommet du G7, là où le message a été installé.

« Nous essayons de faire comprendre aux dirigeants du G7 que leur sommet est illégitime et antidémocratique, dit Angela Giles, organisatrice de la région de l'Atlantique pour le Conseil des Canadiens. Ils devraient tenir les prochains sommets en présence des 195 pays membres des Nations Unies ».

Le Conseil a laissé un message au Groupe de sécurité intégré au sujet de l'appareil-photo envolé.

-30-

Personnes  ressources

À La Malbaie : Mark Calzavara, organisateur régional, Conseil des Canadiens, 416-319-6524, mcalzavara@canadians.org

À Ottawa : Dylan Penner, relations avec les médias, Conseil des Canadiens, 613-795-8685, dpenner@canadians.org

Faites que ce soit le dernier sommet du G7