Le sommet de l’AECG pourrait être annulé ! Le Conseil des Canadiens est à la disposition des médias pour faire part de sa réaction

21 octobre, 2016
Disponibilité médiatique

We stand with Wallonia

(OTTAWA) – D’importantes négociations visant à dénouer l’impasse après le rejet de l’accord de libre-échange Canada EU (AECG) par la Wallonie, région francophone de Belgique, ont échoué, et un sommet sensé donner le feu vert à l’accord devra vraisemblablement être annulé. Le Conseil des Canadiens se tient à la disposition des médias pour réagir à ce revirement majeur, qui pourrait signifier la fin de l’accord.

« Le moment est venu d’examiner soigneusement cet accord de libre-échange et ce que signifie cet échec pour la mondialisation menée par les grandes entreprises, y compris les accords controversés comme le Partenariat transpacifique », affirme Sujata Dey, responsable de campagne pour le commerce international auprès du Conseil des Canadiens, de passage en Belgique pour contester l’accord. « Le moment est venu d’opérer un virage fondamental vers les accords internationaux qui placent les gens et la planète avant les profits des entreprises. C’est le message que nous envoie l’Europe aujourd’hui. »

« Ce revers majeur pour l’AECG n’est pas seulement la faute de la Wallonie », note Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens, de passage en Allemagne pour faire campagne contre l’AECG. « L’AECG fait face à une opposition généralisée, et plusieurs millions de citoyens approuvent la position de la Wallonie. Des milliers de personnes en Europe et au Canada ont dénoncé, manifesté et pris des mesures pour empêcher l’adoption de cet accord. L’échec de ces tentatives pour parvenir à un accord sur l’AECG prouve que les gouvernements doivent tenir compte de l’opinion de leurs citoyens au lieu de vouloir à tout prix signer des accords contre le gré de ceux et celles qui les ont élus pour les représenter. »

Le Conseil des Canadiens organisait récemment un événement au Canada avec l’éminent opposant à l’AECG et député au Parlement européen José Bové. À la suite de fortes pressions exercées par l’opinion publique, le Canada a renoncé à expulser Bové.

-30-