Le transport de pétrole sur les Grands Lacs est un bateau ivre : rapport

19 avril, 2016
Communiqué de presse

Sinking Ship: A summary of legislation governing oil shipping across the Great Lakes and through the St. Lawrence River Basin

Tant le Canada que les États-Unis sont mal équipés pour répondre à un déversement de pétrole dans les Grands Lacs, d’après un nouveau rapport intitulé Sinking Ship: A Summary of Legislation Governing Oil Shipping across the Great Lakes and through the St. Lawrence River Basin (Le bateau ivre : un résumé de la législation régissant le transport de pétrole dans le bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent) préparé par le Conseil des Canadiens et le projet Planète bleue.

« Du pétrole extrait des sables bitumineux a été transporté dans le bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, sans évaluation environnementale préalable des gouvernements fédéral ou provinciaux, dans le cadre d’un système réglementaire qui prend l’eau de toutes parts », déplore Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens. « L’effondrement des cours du pétrole ayant pesé sur le volume des expéditions, le moment est venu de durcir les normes de sécurité. Les gouvernements doivent également élaborer une stratégie à long terme pour nous défaire de notre dépendance aux combustibles fossiles et garder les expéditions de pétrole en dehors des Grands Lacs. »

Le rapport, qui recense un ensemble de mesures disparates et inadéquates, énumère les lois aux niveaux fédéral, des États et provincial sur un vaste éventail de questions touchant la sécurité, y compris les évaluations environnementales, la prévention des déversements et la préparation aux situations d’urgence, les avis de déversement, l’inspection et les mesures d’intervention en cas de déversement.

« Les eaux des Grands Lacs sont une fiducie d’intérêt public, ce qui signifie que tous les États et toutes les provinces ont le devoir de les protéger », note Jim Olson, président et fondateur de FLOW for Water, une organisation basée dans le Michigan. « Les expéditions de pétrole présentent des risques élevés pour l’eau, pour la qualité de vie des résidents et pour l’économie qu’il faut éliminer. On ne peut pas transporter du pétrole brut au-dessus, dans ou sur les Grands Lacs — que ce soit par bateau, ou par pipeline. La capacité des conduites terrestres existantes est largement suffisante, bien que là encore, les risques soient élevés et doivent être éliminés. Les États et les provinces ne doivent pas autoriser la construction ou la mise à niveau d’installation pour le transport de pétrole brut ; en outre, ils doivent examiner soigneusement les expéditions de produits de pétrole raffiné. »

Alors que la Commission mixte internationale entamait hier sa réunion semestrielle, le Conseil des Canadiens a demandé à la Commission d’exiger des gouvernements qu’ils comblent les lacunes de la réglementation et coordonnent une série de consultations communautaires sur les expéditions de pétrole dans le bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent.

-30-

Renseignements : Elizabeth Berman, 613-410-2853, eberman@canadians.org