Renforcer la protection de l’eau dans le budget fédéral pour la Journée mondiale de l’eau, dit le Conseil des Canadiens

10 mars, 2016
Communiqué de presse

AFBLe gouvernement fédéral doit créer un ministère de l’Eau au sein de son cabinet afin d’élargir et de renforcer les mesures absolument indispensables à la protection et à la conservation de l’eau, affirme le Conseil des Canadiens. Puisque la date de dépôt du budget fédéral est le 22 mars prochain — la Journée mondiale de l’eau —, le Conseil des Canadiens exhorte le gouvernement fédéral à débloquer les fonds nécessaires et à s’acquitter de ses responsabilités en matière de protection de l’eau.

Dans un rapport paru aujourd’hui intitulé Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral 2016, le Conseil des Canadiens réclame l’injection de 7,4 milliards de dollars dans la protection de l’eau potable et des sources d’eau douce. Dans le chapitre ayant trait à l’eau, il est recommandé que des fonds soient consacrés à la reconnaissance de l’eau et des services sanitaires en tant que droit de la personne, au soutien de l’infrastructure publique d’eau potable et d’eaux usées, à l’élimination des avis portant sur la qualité de l’eau potable dans les collectivités des Premières Nations, au rétablissement du financement des programmes de science et de recherche portant sur l’eau, ainsi qu’à l’évaluation des impacts des sables bitumineux, de la fracturation hydraulique, de l’exploitation minière et d’autres projets de développement énergétique.

« L’alternative budgétaire fédérale appelle à la reconnaissance de l’accès à l’eau potable et aux services de traitement des eaux usées comme droit de la personne, et les collectivités doivent disposer d’un financement adéquat pour y parvenir », affirme Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens. « Les gouvernements du monde entier se sont ralliés pour reconnaître ce droit fondamental aux Nations Unies il y a déjà cinq ans. Pourtant, cinq ans plus tard, les sources d’eau potable sont encore aujourd’hui menacées par les eaux usées, les prélèvements par l’industrie de l’eau embouteillée, la fracturation hydraulique, les pipelines des sables bitumineux et d’autres projets industriels. Pour donner vie et donner forme au droit à l’eau et à l’assainissement, le gouvernement fédéral doit fournir le financement nécessaire pour permettre aux collectivités de protéger l’eau douce. »

Le chapitre du rapport de l’ABGF ayant trait à l’eau réclame les mesures suivantes :

  • 5,8 milliards $ pour la création d’un fonds national public pour les eaux et les eaux usées, y compris pour soutenir les infrastructures dans les petites municipalités ainsi que pour des programmes de formation, de certification et de conservation ;
  • 500 millions $ pour la protection des Grands Lacs ;
  • 470 millions $ pour les infrastructures d’eau potable et d’eaux usées dans les collectivités des Premières Nations ;
  • 117 millions $ pour la protection de l’eau douce, y compris pour la mise en œuvre d’un plan de protection des eaux souterraines, une étude sur les exportations d’eau virtuelle du Canada, et la création d’un poste de ministre de l’Eau au sein du cabinet ;
  • 80 millions $ pour l’évaluation des projets de fracturation hydraulique, de mise en valeur des sables bitumineux, d’exploitation minière et d’autres projets de développement énergétique, y compris des consultations communautaires visant à obtenir le consentement libre, préalable et éclairé des collectivités autochtones ;
  • 94 millions $ pour le rétablissement du financement de la Région des lacs expérimentaux ainsi que pour les programmes ayant trait à l’eau au sein d’Environnement et Changement climatique Canada, de Pêches et Océans Canada, de Parcs Canada et d’autres ministères.     

« Nous jugeons encourageant de voir le premier ministre Justin Trudeau s’engager à régler des problématiques très importantes et qui persistent depuis fort longtemps dans le domaine de l’eau », a confié Emma Lui, responsable de la protection de l’eau auprès du Conseil des Canadiens. « Le jour du budget, le gouvernement Trudeau démontrera à quel point il est soucieux de respecter de ses engagements. Le gouvernement s’est engagé à mettre fin aux avis portant sur la qualité de l’eau potable dans les collectivités des Premières Nations et à rétablir les mesures de protection pour l’eau douce — les communautés d’un océan à l’autre attendent que le nouveau gouvernement pose des gestes concrets pour nous éloigner de l’héritage tragique du gouvernement Harper en matière d’eau douce. »

L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral est l’œuvre du Centre canadien des politiques alternatives. Lire le chapitre sur l’eau.

-30-