Fiche d'information - Le Partenariat transpacifique : renforcer le pouvoir des multinationales

Le Partenariat transpacifique (TPP) est un accord multilatéralsur l’investissement et sur les droits des entreprises entre 12 pays côtiers du Pacifique. Le Canada s’est joint aux négociations en 2012.

Le texte de l’accord a été élaboré en secret. Les parlementaires ont été écartés du processus. Par opposition, les lobbyistes d’entreprise ont pu y accéder librement. L’accord est désormais finalisé et ne peut être modifié, puisque les pays signataires’apprêtent à le ratifie. Les pays membres de l’accord (Australie, Brunei Darussalam, Chili, États-Unis, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam) représentent environ 40 pour cent de l’économie mondiale.

L’entente a été conçue de manière à ce que d’autres pays viennent s’y greffer en outrepassant le processus de négociation, un détail important étant donné l’échec d’efforts multi-latéraux par le passé. D’autres pays comme les Philippines, la Thaïlande, la Corée du Sud, la Colombie et Taïwan songent à rallier l’accord.

Sur les 30 chapitres de l’accord, seulement six portent sur des questions de commerce. Le TPP n’est pas un accord commercial — c’est un accord conçu pour garantir et étendre les droits des multinationales.

Voici quelques exemples de ce à quoi nous pouvons nous attendre avec le TPP »

 

 

mercredi, 13 avril, 2016