Canada should reject compromise proposal on TRIPS waiver in its present form: civil society groups

Joint Letter
Friday, March 25, 2022 - 12:00

The Honourable Mary Ng, Minister of International Trade  
The Honourable Francois-Philippe Champagne, Minister of Innovation, Science and Industry

Parliament Hill, Wellington St  
Ottawa, ON K1A 0A9 
 

Re: Compromise proposal on TRIPS waiver 

Dear Ministers Ng and Champagne, 

Since October 2020, our organizations—together with the 80+ members of the People’s Vaccine Alliance—have supported the proposal from South Africa and India to waive WTO-protected and enforced intellectual property rights on COVID-19 vaccines, treatments, diagnostics and medical equipment. Individually and collectively, we have written to you on numerous occasions urging  the Canadian government to embrace the temporary removal of intellectual property-related barriers as part of an urgent, equitable response to the ongoing COVID-19 pandemic—recognizing that these barriers also stand in the way of the world’s ability to respond collectively to future pandemics. 

We are disappointed that Canada did not support this proposal from the beginning, but we note your government’s stated aim to work constructively to find a consensus-based solution at the World Trade Organization that would be acceptable to all member countries. You have surely seen by now that after 18 months of talks on the waiver proposal, a document has been published proposing a compromise agreement negotiated by the United States, the European Union, South Africa and India (the QUAD). These countries do not appear to have agreed yet on the compromise proposal. 

In our view, the document is only a very small step forward. We are concerned by the numerous flaws that the draft text contains, which could severely limit its impact. We urge the Canadian government not to accept this proposal in its present form if and when it comes before the WTO TRIPS Council for a vote, but to work openly and democratically with council members to fix its deficiencies. 

Specifically, we draw your attention to the following flaws in the compromise proposal from the QUAD countries: 

  • It does not cover COVID tests or treatments. The proposal only covers vaccines, at a stage in the pandemic when world leaders acknowledge that testing and treatments are critically important. If this proposal is agreed, tests and treatments will ostensibly be considered six months later, but there are no defined conditions for this and it would have to be a separate decision of the WTO. We are concerned about the lives that will remain at risk during this period, with nearly 270,000 recorded deaths from COVID-19 in low- and lower middle-income countries in the last 6 months.
  • It does not cover all of the intellectual property barriers to COVID medicine access. The proposal covers only patents, and not the other categories of intellectual property addressed in the original waiver proposal: copyright, trade secrets, undisclosed data—especially clinical trial results—and industrial design. While this would help eliminate legal risk around a local producer in a developing country attempting to make use of patented information, it wouldn’t go the extra step of actively enabling and accelerating their efforts to engage in additional manufacturing. 
  • It excludes entire countries. It applies only to “developing countries” that “exported less than 10% of the world’s vaccines in 2021,” which excludes China and may also  inadvertently exclude least-developed countries. This narrow scope means many countries with significant manufacturing capacity for COVID-19 vaccines will be unable to make use of the waiver. 
  • It could impose new barriers to production of generics. The proposal adds additional onerous obstacles, such as an obligation to identify all patents covered by a waiver application, when that is not required under current WTO rules. This is highly problematic and may often not even be possible since pending patent applications are not disclosed. In a pandemic, this creates unacceptable legal uncertainty for manufacturers. 

Under WTO-enforced intellectual property rules, a few pharmaceutical companies control the supplies and prices of lifesaving COVID-19–related products and have sold most vaccines and treatments to rich countries, making tens of billions in revenue from products developed with government funding. The waiver compromise, by not including treatments and diagnostics, could allow similar situations to unfold with respect to life-saving treatments. 

In the countries that initiated the TRIPS waiver, the QUAD text is viewed as inadequate by most civil society groups active in fighting for access to medicines. Canada may come under pressure at the WTO to support this flawed and insufficient proposal, simply to create the appearance of consensus and positive momentum at the WTO. We urge you to take a different position and  actively engage WTO members to get it right. We strongly encourage your government to make the following proposals for improving the waiver proposal from the QUAD countries: 

  1. The waiver should apply to all products needed to prevent, treat, and contain COVID-19, including vaccines, treatments, diagnostic tests, medical devices and personal protective equipment. 
  2. The waiver should apply to all forms of intellectual property that are needed for  production, including patents, trade secrets, data protection, manufacturing know-how, quality control protocols, equipment specifications and operating instructions.
  3. The waiver should apply in all WTO member countries. 
  4. Conditions in the proposal that are more onerous than current WTO provisions should be removed. The waiver should ease rather than add to current rules.

Your government has stated that it would work constructively to find a consensus-based waiver text that would be acceptable to all member countries. By working collaboratively at the WTO to urgently remedy these flaws, Canada can help to ensure that vaccines, treatments and other pandemic-related products are treated as global public goods available to all, as Prime Minister Justin Trudeau called for in May 2020. The world has waited long enough.

Yours sincerely, 

Amnesty International Canada 
Amnistie internationale Canada francophone 
Canadian Centre for Policy Alternatives 
Canadian Fair Trade Network (CFTN) 
Canadian Union of Public Employees (CUPE) 
Council of Canadians - Le Conseil des Canadiens 
Global Citizen 
HIV Legal Network 
ONE Canada 
Oxfam Canada 
Oxfam Quebec 
National Farmers Union 
Partners In Health Canada 
Public Service Alliance of Canada 
Results Canada 
Trade Justice Network 
Réseau québécois pour une mondialisation inclusive (RQMI) 
University Advisory Council—Canadian Association for Global Health 

cc: 

Randy Hoback, Conservative Shadow Minister for International Trade  
Gérard Deltell, Conservative Shadow Minister for Innovation, Science and Industry
Brian Masse, NDP Critic for Innovation, Science and Industry, and International Trade 
Elizabeth May: Parliamentary Leader of the Green Party of Canada 
Simon-Pierre Savard-Tremblay, Bloc Québécois Critic for International Trade  
Sébastien Lemire, Bloc Québécois Critic for Industry
 


25 mars, 2022 

L’honorable Mary Ng, Ministre du Commerce international, 
L’honorable Francois-Philippe Champagne, Ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

Parlement du Canada, rue Wellington 
Ottawa, ON K1A 0A9 

Re: Compromis au sujet de la dérogation sur les droits de propriété intellectuelle à l’OMC  Chers Ministres Ng et Champagne, 

Depuis octobre 2020, nos organisations—en concert avec les 80+ organisations de la People's Vaccine Alliance—ont soutenu la proposition de l'Afrique du Sud et de l'Inde de lever temporairement les droits de propriété intellectuelle appliqués par l’accord de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce pour les vaccins, les traitements, les diagnostics et les équipements médicaux de lutte contre la COVID-19 (la dérogation à l’ADPIC ou le  « TRIPS waiver »). Sur une base individuelle et collective, nous vous avons écrit à de nombreuses reprises pour exhorter le gouvernement canadien à soutenir cette proposition de lever temporairement les obstacles liés à la propriété intellectuelle, afin de proposer une réponse urgente et équitable à la pandémie de COVID-19 en cours—reconnaissant également que ces obstacles freinent la capacité mondiale à répondre collectivement aux futures pandémies.  

Nous sommes déçus que le Canada n'ait pas appuyé cette proposition dès le début, mais notons que votre gouvernement a déclaré souhaiter travailler de manière constructive pour trouver une solution consensuelle à l’OMC qui serait acceptable pour tous les pays membres. Vous êtes certainement au courant qu'après 18 mois de pourparlers sur la proposition de dérogation, un document proposant un accord de compromis négocié par les États-Unis, l'Union européenne, l'Afrique du Sud et l'Inde (le Quad) a été publié. Ces pays ne semblent pas avoir officiellement approuvé la proposition. 

À notre avis, ce document ne représente qu’un tout petit pas vers l’avant. Nous sommes préoccupés par les nombreuses failles contenues dans le projet de texte et par le fait qu’elles pourraient fortement limiter son impact. Nous exhortons donc le gouvernement canadien à ne pas accepter cette proposition dans sa forme actuelle, si et quand elle sera soumise au vote du conseil de l'OMC/ADPIC, mais plutôt à travailler ouvertement et démocratiquement avec les membres du Conseil pour corriger ses lacunes.  

Plus précisément, nous attirons votre attention sur les failles suivantes contenues dans le texte de proposition de compromis des pays du Quad: 

  • Il ne couvre pas les tests ou les traitements COVID. La proposition ne couvre que les vaccins, à un stade de la pandémie où les dirigeants mondiaux reconnaissent que les tests et les traitements  sont d'une importance cruciale. Si cette proposition est acceptée, les tests et les traitements seront potentiellement envisagés six mois plus tard, mais il n'y a pas de conditions définies à cet effet et cela devrait faire l’objet d'une décision distincte de l'OMC. Nous sommes préoccupés par les vies toujours menacées pendant cette période, avec près de 270 000 décès dus à la COVID-19 enregistrés dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire au cours des six derniers mois.
  • Il ne couvre pas tous les obstacles de propriété intellectuelle à l'accès aux médicaments COVID. La proposition ne couvre que les brevets, et non les autres catégories de propriété intellectuelle abordées dans la proposition de dérogation initiale: droits d'auteur, secrets commerciaux, données non divulguées (en particulier les résultats d'essais cliniques) et conception industrielle. Bien que cela contribuerait à l’élimination du risque juridique qu’encourrait un producteur local dans un pays en développement qui tenterait d'utiliser des informations brevetées, cela ne faciliterait en rien l'étape suivante qui est de permettre et d'accélérer activement les efforts pour augmenter la production des vaccins et autres outils pour lutter contre la COVID.  
  • Il exclut des pays entiers. Il ne s'applique qu'aux « pays en développement » qui « ont exporté moins de 10% » des vaccins mondiaux en 2021, ce qui exclut la Chine et pourrait également exclure par inadvertance des pays moins développés. Cette portée étroite signifie que de nombreux pays disposant d'une capacité de fabrication importante de vaccins COVID-19 ne pourront pas se  prévaloir de la dérogation.
  • Il pourrait imposer de nouvelles barrières à la production de génériques. La proposition ajoute des obstacles onéreux supplémentaires, comme l'obligation d'identifier tous les brevets couverts par une demande de dérogation, alors que cela n'est pas requis par les règles actuelles de l'OMC. Cet aspect est très problématique et risque d’être impossible à mettre en œuvre puisque les demandes de brevet an attente ne sont pas divulguées. En cas de pandémie, cela crée une incertitude juridique inacceptable pour les fabricants. 

En vertu des règles de propriété intellectuelle imposées par l'OMC, quelques sociétés pharmaceutiques contrôlent l'approvisionnement et les prix des produits vitaux liés à la COVID-19. Elles ont vendu la plupart  des vaccins et des traitements aux pays riches, réalisant des dizaines de milliards de revenus grâce à des produits développés avec le financement du gouvernement. Le compromis présenté, excluant les traitements et les diagnostics, pourrait permettre à des situations similaires de se produire en ce qui  concerne les traitements vitaux.  

Dans les pays qui ont initialement proposée la dérogation à l’ADPIC, le texte Quad est considéré comme inadéquat par la plupart des groupes de la société civile actifs dans la lutte pour l'accès aux médicaments. Le Canada pourrait subir des pressions à l'OMC pour appuyer cette proposition imparfaite et insuffisante, simplement en vue de simuler un consensus et un élan positif à l'OMC. Nous vous exhortons à adopter  une position différente et à engager activement les membres de l'OMC pour faire les choses correctement. Nous encourageons donc fortement votre gouvernement à émettre les propositions suivantes pour améliorer la proposition de dérogation des pays du Quad: 

  1. La dérogation devrait s'appliquer à tous les produits nécessaires pour prévenir, traiter et contenir la COVID-19, y compris les vaccins, les traitements, les tests de diagnostic, les dispositifs médicaux et les équipements de protection individuelle. 
  2. La dérogation devrait s'appliquer à toutes les formes de propriété intellectuelle nécessaires à la production, y compris les brevets, les secrets commerciaux, la protection des données, le savoir faire de fabrication, les protocoles de contrôle de la qualité, les spécifications des équipements et  les instructions d'utilisation. 
  3. La dérogation devrait s'appliquer dans tous les pays membres de l'OMC. 
  4. Les conditions de la proposition plus onéreuses que les dispositions actuelles de l'OMC devraient être supprimées. La dérogation devrait assouplir plutôt qu'ajouter aux règles actuelles.

Votre gouvernement a déclaré qu'il travaillerait de manière constructive pour trouver un texte de dérogation consensuel qui serait acceptable pour tous les pays membres. En travaillant en collaboration à l'OMC pour remédier urgemment à ces failles, le Canada peut contribuer à faire en sorte que les vaccins, les traitements et les autres produits liés à la pandémie soient traités comme des biens publics mondiaux accessibles à tous, comme l'a demandé le premier ministre Justin Trudeau en mai 2020. Le monde a assez attendu.

Cordialement,  

Amnistie internationale Canada 
Amnistie internationale Canada francophone 
Centre canadien de politiques alternatives 
Conseil Consultatif Universitaire - Association canadienne pour la santé mondiale Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) 
Le Conseil des Canadiens 
Global Citizen 
Réseau juridique VIH 
ONE Canada 
Oxfam Canada 
Oxfam Québec 
Partners in Health Canada 
Alliance de la Fonction publique du Canada 
Résultats Canada 
Réseau pour le commerce juste 
Réseau québécois pour une mondialisation inclusive (RQMI) 
Union Nationale des Fermiers 

cc: 

Randy Hoback, Ministre du Cabinet fantôme conservateur - Commerce international
Gérard Deltell, Ministre du Cabinet fantôme conservateur -Innovation, Sciences et Industrie
Brian Masse, Porte-parole NPD - Innovation, Science et Industrie, et Commerce international
Elizabeth May, Chef parlementaire du Parti vert du Canada 
Simon-Pierre Savard-Tremblay, Porte-parole du Bloc Québécois - Commerce international
Sébastien Lemire, Porte-parole du Bloc Québécois - Industrie