fbpx
Skip to content

Canada’s Free Trade agenda: Dissing democracy and rewarding despots / L’agenda de libre-échange du Canada mine la démocratie et récompense les despotes

The Common Frontiers network, to which the Council of Canadians is a member, and the Québec Network on Continental Integration issued the following statement today (in French and English) on Canada’s atrocious trade record. The two networks, representing millions of people in Canada and Quebec, make a passionate call that “the next government of Canada must commit to an extensive debate on an alternative model of integration – one that privileges the equitable distribution of wealth and guarantees peoples’ economic, social, cultural and environmental rights, over and against the ambitions of the trans-national corporations and their quest for profits at all costs.”

* * *

Le francais suit…

Elections 2011 – Canada’s Free Trade agenda: Dissing democracy and rewarding despots

MONTREAL and OTTAWA, April 27 — Since coming to power the minority government of Stephen Harper has vigorously pursued preferential free trade with despots abroad and spared no quarter for democracy at home, says a broad group of Canadian organizations which are demanding a new foreign policy and trade approach by the next government.

The Harper government is moving stealthily and quickly to complete the biggest trade deal Canada has ever seen with the European Union, which will fundamentally reshape our national and local economies while undermining environmental policy, public services and democratic decision making. Harper has also rewarded foreign investors for suing Canada under the North American Free Trade Agreement’s investor-state provisions while Canadian investors applaud Canada’s trade negotiations with some of this hemisphere’s worst human rights abusers such as Colombia and Honduras.

We, civil society networks and organizations from Canada and Quebec say that’s enough!

An end to investor-state clauses in trade agreements

Both Common Frontiers-Canada and the Québec Network on Continental Integration believe that free trade agreements modelled after the flawed NAFTA pose an unacceptable risk by diminishing governments’ right to set public policy. A recent case is the August 2010 record-setting $130 million settlement given AbitibiBowater by Ottawa.

AbitibiBowater closed its pulp and paper mill in Grand Falls-Windsor, Newfoundland and Labrador (NL) in 2008 claiming rights to sell its assets including timber harvesting licenses and water use permits. These permits are a public trust owned by the Province, not by private firms. When the NL government moved to re-appropriate them as a right under Canadian law, AbitibiBowater sidestepped the Canadian court system by challenging the NL government in a NAFTA tribunal. However, rather than defend the principle of public ownership, the federal government settled AbitibiBowater’s claim before it could be heard.

We call on the next government of Canada to follow the lead of Australia and eliminate investor-state provisions from trade agreements, including NAFTA.

Call off the perimeter security deal with the US

Last February Stephen Harper and US President Barack Obama announced a secretive ‘security perimeter’ plan whose details can’t be shared with Parliament or the public – despite it posing a risk to Canadian sovereignty.

The private sector has agitated since 9/11 for Canada and Mexico to take on as their own the US’s security agenda. The Beyond the Border perimeter security plan will establish a common understanding of the “threat environment”, which we think will inevitably be defined by US interests. This approach to perimeter security will mean a jointly patrolled outer perimeter under US control. Another possible result could be the merging of Canadians’ personal information into joint databases that are accessible to US security and law enforcement.

We call on Canadians to oppose the secretive Beyond the Border security plan

No trade deals with despots.

Negotiating free trade agreements with the likes of Colombia, Honduras, and most recently Panama, is sending a signal to the rest of the world that Canada is a country where the pursuit of mining and bank profits trumps human rights. In spite of the systematic killings of dozens of trade unionists every year in Colombia, Conservatives and Liberals teamed up to hurry ratification of a Canada-Colombia FTA through Parliament before the 2010 summer recess. Canada just signed a trade agreement with Panama, a country widely known as a ‘fiscal paradise’ that turns a blind eye to the laundering of drug cartel money. Canada is currently engaged in a series of secretive trade talks with the illegitimate government of Honduras – a country that lost its seat at the Organization of American States due to the recent military coup and ongoing human rights abuses. Canada’s former image as ‘good neighbour’ is being shredded before our eyes, and there could be no clearer proof of this than the recent vote against Canada having a seat on the UN Security Council.

We need to discuss Canada’s foreign policy and trade directions

The Québec Network on Continental Integration and Common Frontiers-Canada decry the lack of foreign policy discussion in these elections. It is now time for the candidates to focus on the free trade agenda that is contributing to making Canada and the world a much more unequal place while destroying our image on the international stage. The next government of Canada must commit to an extensive debate on an alternative model of integration – one that privileges the equitable distribution of wealth and guarantees peoples’ economic, social, cultural and environmental rights, over and against the ambitions of the trans-national corporations and their quest for profits at all costs.

* * *

Élections 2011 – L’agenda de libre-échange du Canada mine la démocratie et récompense les despotes

MONTRÉAL et OTTAWA, le 27 avril — Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement minoritaire de Stephen Harper a mis de l’avant une politique de libre-échange avec des despotes tout en minant la démocratie ici même au Canada. De nombreuses organisations canadiennes et québécoises demandent de revoir la politique étrangère du Canada et d’adopter une nouvelle approche en matière d’échanges commerciaux.

C’est dans le plus pur secret et avec un empressement démesuré que le gouvernement Harper cherche en ce moment même à conclure une entente globale de libre-échange avec l’Union européenne. Il s’agit sans doute de l’accord le plus ambitieux qu’ait jamais négocié le Canada. Il pourrait non seulement transformer en profondeur notre économie au niveau local et national, mais aussi miner nos politiques environnementales, nos services publics et nos mécanismes démocratiques de prise de décision.

Ce même gouvernement Harper « récompense » les investisseurs étrangers qui poursuivent l’État canadien grâce aux dispositions investisseur-État de l’Accord de libre-échange nord-américain. Pendant ce temps, il négocie avec les gouvernements du continent ayant les pires feuilles de route en matière de violations des droits humains, tels la Colombie et le Honduras.

Non aux dispositions investisseur-État

D’une seule voix, les réseaux et organisations de la société civile du Canada et du Québec disent « Ça suffit! ». Pour Common Frontiers-Canada et le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC), tous les accords de libre-échange calqués sur l’ALÉNA comportent un risque inacceptable, celui de restreindre la capacité de nos gouvernements de mener à bien leurs politiques publiques. Le versement par Ottawa, en août 2010, d’une somme record de 130 millions $ à AbitibiBowater est le dernier exemple en lice.

Rappelons qu’AbitibiBowater a fermé son usine de pâte et papier à Grand Falls-Windsor, Terre-Neuve et Labrador (T.-N.-L.) en 2008, avec la prétention de vendre tous ses actifs, incluant les licences d’exploitation de la forêt et les permis d’utilisation de l’eau qui lui avaient été octroyés. Or, en tant que concessions publiques, ces permis sont la propriété de la Province, et non celle d’entreprises privées. Lorsque le gouvernement de T.-N.-L. a entrepris de les reprendre, AbitibiBowater a contourné le système juridique canadien en poursuivant le gouvernement de T.-N.-L. devant un tribunal de l’ALÉNA. Au lieu de défendre le principe de propriété publique, le gouvernement fédéral a opté pour un arrangement avec AbitibiBowater avant même que la cause ne soit entendue.

Nous demandons au prochain gouvernement du Canada de suivre l’exemple de l’Australie et d’éliminer les dispositions investisseur-État de tous ses accords de libre-échange, incluant l’ALÉNA.

Non au périmètre de sécurité

En février dernier, Stephen Harper et le président des États-Unis, Barack Obama, annonçaient la création d’un ‘périmètre de sécurité’, un plan concocté en catimini dont les détails ne peuvent être exposés devant le Parlement, ni être révélés au public, malgré ses risques pour la souveraineté canadienne.

Depuis les événements du 11 septembre 2001, le monde des affaires ne cesse de réclamer que le Canada et le Mexique adoptent l’agenda des États-Unis en matière de sécurité. Le plan « Par-delà la frontière » de Harper-Obama en 2011 parle d’une compréhension commune du « contexte de la menace » qui, selon nous, sera inévitablement défini en fonction des intérêts états-uniens. L’idée d’un périmètre de sécurité implique la définition d’un périmètre extérieur patrouillé conjointement mais sous le contrôle des États-Unis. Une autre résultante pourra être la fusion des informations personnelles canadiennes au sein de bases de données conjointes qui seront accessibles aux autorités états-uniennes de sécurité et d’application de la loi.

Nous demandons aux Canadiennes et Canadiens de s’opposer à de telles initiatives.

Non aux accords avec des despotes

Le fait de négocier des accords de libre-échange (ALÉ) avec des pays comme la Colombie, le Panama et le Honduras envoie au reste du monde un signal que le Canada est un pays où l’on accepte que l’exploitation minière et les profits des banques piétinent les droits humains. Malgré la persistance d’assassinats systématiques de plusieurs douzaines de syndicalistes chaque année en Colombie, les Conservateurs et les Libéraux ont fait équipe en 2010 pour accélérer la ratification d’un ALÉ Canada-Colombie au Parlement avant que les travaux de la Chambre ne soient suspendus pour l’été. En outre, le Canada a signé un accord avec le Panama, un paradis fiscal reconnu pour ses activités de blanchiment d’argent associé au narcotrafic. Le Canada poursuit actuellement en secret des pourparlers commerciaux avec le gouvernement illégitime du Honduras, un pays qui a perdu son siège au sein de l’Organisation des États américains en raison du récent coup d’État militaire et des abus persistants en matière de droits humains. L’image de « bon voisin » que le Canada s’est bâti au fil des années s’effrite sérieusement, et le récent vote rejetant l’inclusion du Canada au sein du Conseil de sécurité de l’ONU en constitue une preuve on ne peut plus claire.

Parlons politique étrangère

Le Réseau québécois sur l’intégration continentale et Common Frontiers-Canada déplorent l’absence de discussions sur la politique étrangère au cours de la présente campagne électorale. Il est temps que les candidats accordent une attention et prennent position sur cet agenda libre-échangiste qui fait du Canada et du monde un lieu de plus en plus inégal, et qui détruit notre prestige sur la scène internationale. Le prochain gouvernement du Canada doit engager un débat de fond sur la création d’un modèle alternatif d’intégration, qui favorise la répartition équitable de la richesse et garantisse la préséance des droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux des populations, par-delà les ambitions des corporations transnationales et leur recherche du profit à tout prix.

For further information / Renseignements:

Common Frontiers: Rick Arnold, tel. # (905) 352-2430; comfront@web.ca

RQIC: Pierre-Yves Serinet, tel. 514-276-1075; rqic@ciso.qc.ca

Tags: